Transformation d'une bergerie de montagne en habitation

Localisation: 
Ahaxe (64)
Année: 
2016
Maître d'ouvrage: 
Commande privée
Mission: 
Complète de maîtrise d'oeuvre
Surface: 
250 m²
Montant des travaux: 
300 k€
Phase: 
Livraison chantier avril 2016

 

DESCRIPTION DU PROJET ET DE SON CONTEXTE

 

Le bâtiment existant, communément appelé une "borde", est une construction modeste de montagne en pierres sèches, située au Pays Basque dans un site montagneux à 400m d’altitude, d’où l’on peut admirer un panorama naturel exceptionnel, à plus de 180°.

L’enjeu principal de cette rénovation a été d'inscrire dans un bâtiment ancien des considérations contemporaines (luminosité intérieure, traversées visuelles, jeux de volumes et d’espaces, parcours architectural…) tout en respectant le plan d'origine et  les volumes du bâtiment existant . Ce projet participe ainsi de l'idée qu'un bâtiment ancien, quel qu'il soit, peut posséder en son sein des qualités qu'une intervention architecturale peut révéler.

Ici se sont posés tous les enjeux de l’inscription de considérations contemporaines dans le contexte tant patrimonial, naturel, et culturel du Pays Basque. Autant de questions particulièrement chères à notre agence, et stimulantes pour notre créativité.

Le parti architectural a consisté à sculpter des vides dans l'épaisseur des murs en pierre générant des passages et des vues tout en conservant le caractère monolithique du bâtiment existant, véritable bloc minéral tapi à flanc de montagne. Dès lors, les points vues et les parcours à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment se multiplient, révélant la qualité des volumes existants : pièce de vie commune en double hauteur (ancienne « Eskaratza »), aménagement d'une coursive, de parcours croisés, et de vues traversantes prolongées vers la terrasse extérieure. Un judicieux système de portes à galandage permet de séparer à l’envi l’habitat en deux logements distincts, ou de les grouper en un ensemble parfaitement cohérent.

Les éléments conservés apparaissent dans leur aspect d'origine. Ainsi,  le maintien de la charpente apparente (isolation du toit par le dessus) et de parois en pierre, respectent l'identité forte du bâtiment originel, construit avec des matériaux prélevés aux alentours.

A l'inverse, les éléments créés de toutes pièces à l'occasion du projet, comme la cheminée à foyer ouvert,  celle-ci étant traitée comme un "présentoir à feu", ou l'escalier intérieur (intégrant de nombreux rangements) présentent une esthétique radicalement contemporaine, tout en poursuivant le dialogue avec le bâtiment existant (opposition lisse / texturé, choix des matériaux, teintes...).

L'ensemble des façades dégradées ont été traitées en enduit à la chaux de teinte blanche. Seule la façade Sud, présentant des pierres de belle facture et plus protégée (orientation au Sud), a été laissée en pierres apparentes. Les percements de façade créés s'inscrivent également en continuité avec les percements existants : réouverture d’ouvertures anciennes, respect de l'échelle des percements existants. Ainsi, malgré la taille modeste des percements, les habitants garderont un rapport constant avec l’extérieur, les percées visuelles traversant l’habitation de part en part, s'ouvrant ponctuellement ou généreusement sur le magnifique panorama montagneux. 

Les baies existantes ont été remplacées par des menuiseries mixtes bois / alu, l’occultation étant assurée par de simples volets en bois battants. Les deux portes « cochères » ont été équipées de grandes portes coulissantes à galandage permettant de préserver l’aspect de « porche » de ces percements, et de profiter pleinement du paysage environnant. Les fenêtres sur allèges, quant à elles, ont été équipées d’un unique vitrage clair, chaque percement se transformant alors en véritable « tableau », chaque fois différent (selon l’emplacement mais aussi selon les saisons…), et mettant en valeur ce site exceptionnel. La verrière zénithale de l'étage, quasiment invisibles depuis la route du fait de la faible pente de la toiture, permet, quant à elle, de profiter du panorama montagneux malgré la faible hauteur des façades.

L'inscription dans le contexte naturel se poursuit par le faible impact énergétique de ce bâtiment, par la présence :

  • d'une pompe à chaleur réversible air / eau, raccordée à un plancher chauffant basse température, assurant le confort thermique en été comme en hiver,
  • de grandes ouvertures permettant de profiter du rayonnement solaire de façon optimale (source d'économies de chauffage en hiver, et d'économies électriques liées à un bon niveau d'éclairement naturel en été),
  • d'une cuve de récupération des eaux pluviales de 4000l alimentant les WC, les lave-linge, et le système d’arrosage

L'inscription dans le contexte s'achève par la prise en compte de la configuration même du terrain naturel, marqué par de nombreuses déclivités. Ainsi, les altimétries des trottoirs et terrasses successives suivent précisément le relief topographique existant, au moyen d'escaliers végétalisés permettant un accès en tous points de plain-pied au site naturel environnant. Ces espaces extérieurs forment une transition douce entre l'espace bâti et l'espace naturel, et ne constituent pas un socle détachant le bâtiment du site, mais ancrent au contraire  littéralement ce bâtiment dans son contexte, référence explicite aux liens mythologiques extrêmement forts liant l’"ama lur » - la terre-mère - à l’ « etxe », la maison.